Alarme piscine : faites le bon choix

Alarme piscine : faites le bon choix

L’alarme de piscine fait partie des dispositifs de sécurité les répandus, notamment parce qu’elle est simple et peu couteuse à mettre en place. Il existe différents types d’alarmes qui fonctionnent de façon différente, mais seuls deux types d’alarmes sont autorisés par la loi du 3 janvier 2003 en tant que dispositifs de sécurité homologués.

Les alarmes de piscine homologuées

En tant que dispositifs homologués par la loi sur la sécurité des piscines, seules les alarmes qui répondent à la norme NF P90-307 vous mettent en conformité avec la loi. Cette norme stipule que seules les alarmes immergées et les alarmes périmétriques peuvent constituer des dispositifs homologués, à condition d’être conformes à la norme.

Les alarmes immergées

On les appelle également détecteurs de chute, ce type d’alarme remporte un grand succès, car il est simple à mettre en place et il est le moins onéreux des dispositifs de sécurité. Il consiste en une centrale reliée à une ou plusieurs sondes qui, placées sous la surface de l’eau, détectent tout mouvement anormal et déclenche une alarme sonore. Ce dispositif nécessite donc la présence d’un adulte à proximité du bassin, puisqu’il ne se déclenche que lorsque la chute à déjà eu lieu. Pour répondre à la norme NF P90-307, les alarmes immergées doivent remplir les conditions suivantes :

  • Le dispositif doit être assez sensible pour détecter toute chute ou immersion d’un enfant de plus de 9 mois et de moins de 5 ans.
  • Le signal sonore doit être assez puissant pour être entendu de loin, soit une puissance de 100 dba à une distance d’un mètre.
  • La centrale doit être équipée d’indicateurs qui alertent en cas de dysfonctionnement comme, par exemple, une usure des piles.
  • Il doit être impossible pour un enfant de moins de 5 ans de désactiver l’alarme en la manipulant.

A savoir : De nombreuses alarmes immergées ne répondent pas à la norme NF P90-307, ainsi en 2008 cinq alarmes immergées ont été retirées de la vente à la suite de tests. Prenez le temps de vous renseigner avant d’acheter.

L'alarme immergée est l'un des dispositifs les plus répandus

L’alarme immergée est l’un des dispositifs les plus répandus

Les alarmes périmétriques

A la différence des alarmes immergées, les alarmes périmétriques se déclenchent avant l’immersion. Ce dispositif est constitué de bornes placées autour du bassin, reliées par un faisceau infrarouge de façon à créer une barrière invisible. Si cette barrière est franchie, une alarme sonore se déclenche. L’installation de ce type d’alarme est plus couteuse que l’alarme immergée et les alarmes périmétriques restent assez peu utilisées. Elles constituent néanmoins un excellent dispositif de sécurité, à condition d’être conformes à la norme NF P90-307 qui stipule les critères suivants :

  • Elles doivent détecter le passage d’un enfant de moins de 5 ans.
  • Il ne doit pas être possible de déplacer les bornes qui constituent le périmètre de protection.
  • Le signal sonore doit être assez puissant pour être entendu de loin, soit une puissance de 100 dba à une distance d’un mètre.
  • Le dispositif doit être pourvu d’indicateurs qui signale toute défaillance du système.

L'alarme périmétrique : un dispositif très efficace

L’alarme périmétrique : un dispositif très efficace

L’alarme portative : un dispositif non homologué

L’alarme portative ne constitue pas un dispositif de sécurité homologué par la loi sur la sécurité des piscines. Elle se présente sous la forme de colliers, de bracelets ou de ceintures comportant un détecteur électronique qui déclenche une alarme dès que l’enfant entre en contact de l’eau. Ce type d’alarme peut être utile s’il est utilisé en complément d’un dispositif de sécurité normalisé.

Vos commentaires ()