Les contraintes liées au terrain

Les contraintes liées au terrain

La nature du sol et sa configuration sont des points à étudier de près avant de se lancer dans la construction d’une piscine. Ils peuvent avoir une influence sur certains aspects techniques de la construction, et faire varier considérablement le coût de la réalisation d’un bassin. En effet, certains types de terrain demandent des aménagements spécifiques.

La nature du sol

Il est indispensable d’identifier le type de sol sur lequel sera construite votre piscine, car selon la nature du sol, des travaux supplémentaires pourront être nécessaires.

Sol calcaire

C’est le type de sol le plus répandu en France. D’aspect crayeux, il est assez peu compact et se désagrège facilement. Le sol calcaire présente le grand avantage de ne pas retenir l’eau et ne nécessite donc pas la mise en place d’un système de drainage spécifique. De plus, le sol calcaire est assez stable et la construction d’une piscine n’y demande pas de précautions particulières.

Sol siliceux

Le sol siliceux, que l’on appelle également sol sableux, est assez peu répandu en France. Il se distingue par sa texture friable et très peu compacte : il se désagrège facilement lorsqu’on le manipule. Le sol sableux présente l’inconvénient de manquer de stabilité, il nécessite donc de prendre des précautions en ce qui concerne l’assise du bassin, pour qu’il ne soit pas affecté par les mouvements de terrain. Selon les circonstances, il peut être nécessaire de mettre en place des pieux, de façon à stabiliser le radier.

Sol argileux

De couleur grise, le sol argileux, à l’opposé du sol siliceux, est très compact, il est facile de l’amalgamer pour former une boule de terre très dure. C’est l’un des types de sols les plus problématiques pour y installer une piscine car il peut totalement changer de consistance en fonction de sa teneur en eau. Sec, il devient dur et cassant et a tendance à se rétracter; en présence d’eau, il s’imbibe très rapidement et gonfle de façon importante. Ce phénomène de gonflement-rétractation peut gravement endommager une piscine (et d’autres constructions).

Autre inconvénient du sol argileux : il retient l’eau et favorise la formation de nappes souterraines qui sont susceptibles, elles aussi, d’endommager le bassin. De ce fait, la construction d’une piscine sur un sol argileux nécessite de renforcer la structure du bassin et de mettre en place d’un système de drainage adéquat.

L'argile n'est pas perméable

L’argile n’est pas perméable

Les éléments présents dans le sol

Des éléments qui ne dépendent pas de la nature du sol sont également susceptibles de vous compliquer la tâche lors de la construction de votre piscine.

Les roches

L’inconvénient majeur des roches est tout simplement qu’il faut utiliser un brise-roche pour s’en débarrasser. Si votre terrain est rocheux, le coût et la durée des travaux de terrassement seront plus élevés que dans des conditions normales.

L’eau

La présence d’une nappe phréatique est assez courante, mais elle peut poser un problème, notamment si elle est peu profonde. Le niveau d’une nappe phréatique est susceptible de monter à la suite de précipitations et peut alors endommager la structure ou causer des pollutions. La solution préventive consiste à mettre en place un système de drainage adéquat.

Le relief du terrain

La construction d’une piscine sur une pente pose un problème lié à l’écoulement des eaux de pluie le long de la pente. La poussée de l’eau peut en effet endommager la piscine, il est donc nécessaire de renforcer les fondations lors de la construction et d’installer un dispositif de drainage. Si la piscine est placée dans une cuvette, le problème provient de l’eau qui a tendance à s’y accumuler, mais cela dépend également de la nature du sol. Si vous avez l’intention d’installer une piscine dans une cuvette et que le sol y est peu perméable, vous ne pourrez pas faire l’économie d’un système de drainage.

Vos commentaires ()