Le remblaiement de votre piscine

Le remblaiement de votre piscine

Le remblaiement constitue l’une des dernières étapes de la construction d’une piscine. C’est une opération qui demande quelques précautions, car la poussée du sol et le tassement du remblai peuvent mettre à mal la structure et les équipements du bassin. Le choix du matériau est également primordial pour assurer la pérennité du bassin.

Quel remblai pour ma piscine ?

Le point essentiel à prendre en compte lorsque l’on choisit le matériau avec lequel on va remblayer est sa stabilité sur le long terme. Il faut limiter le phénomène de tassement qui peut être une source de problèmes, notamment en provoquant un écrasement des canalisations périphériques. De plus, l’affaissement du sol lié au tassement peut également déformer la plage de la piscine.

Pour remblayez une piscine coque, on utilise généralement du gravier. L’avantage du gravier est qu’il jouera également un rôle de drainage sur la périphérie du bassin. Sachez que dans le cas des piscines coque, dont la structure fragile est susceptible d’être endommagé lors du remblaiement, les constructeurs fournissent généralement des instructions précises sur le type de gravier à utiliser. Conformez-vous à ces indications, car dans le cas contraire vous risquez de perdre votre garantie.

Dans le cas de piscines à la structure plus résistante, le gravier reste conseillé, mais il est également possible d’utiliser de la terre, à la condition d’éviter les terres trop instables, comme par exemple l’argile ou la tourbe.

Pour éviter que le tassement n’endommage, il est recommandé de monter des poteaux en parpaings que l’on les place environ tous les 2 m autour du bassin et qui serviront de supports. Dans tous les cas, il est préférable d’attendre au moins 6 mois avant de commencer à construire la plage, de façon à ce que le remblai se soit déjà tassé.

Le tassement du remblai peut affecter la plage

Le tassement du remblai peut affecter la plage smoking electronic cigarette

Précautions à prendre avant le remblaiement

  • Faites le tour de tous les raccordements hydrauliques et vérifiez leur étanchéité (raccords, joints…)
  • Vérifiez que tous les branchements électriques sont en place et que les raccordements sont opérationnels.
  • Pour protéger les canalisations autour du bassin, recouvrez-les d’une couche de sable.
  • Vérifiez, le cas échéant, le positionnement des tubes de renfort sous les escaliers.
  • Si vous avez mis en place un tuyau de drainage périphérique, protégez-le avec un géotextile, pour qu’il ne soit pas bouché par le sable.

Les bons gestes pendant le remblaiement

  • Pour les piscines coque, il est impératif de procéder à la mise en eau en même temps que l’on remblaie. La pression de l’eau et la poussée du sol sur la coque vont ainsi s’équilibrer. Si pour une raison ou pour une autre, vous êtes amené à remblayer avant la mise en eau, ne commencez pas le remblaiement sans avoir préalablement étayé votre bassin.
  • Versez le remblai tout autour du bassin par couches successives d’une cinquantaine de centimètres, en tassant au fur et à mesure. Pour tasser du gravier, vous pouvez utiliser un manche de râteau ou de pelle, quand le manche ne s’enfonce plus dans le gravier, c’est qu’il est tassé.
  • Si vous avez une piscine coque ou une piscine en kit équipée d’un escalier en polyester, soyez attentif à ce que le remblai soit bien tassé au niveau de l’escalier qui doit bien reposer sur le remblai. Si ce n’est pas le cas, vous risquez un affaissement de l’escalier lors de la mise en eau.
  • Si vous avez remblayé avant la mise en eau, effectuez-la le plus rapidement possible, car en se tassant le remblai va exercer une forte pression sur les parois du bassin. Plus vous attendez, plus vous risquez d’avoir des dégâts sur votre bassin.

Vos commentaires ()