La conception du bassin de baignade d’une piscine naturelle

img-à-la-une-03

Si la zone de baignade n’est pas la plus importante dans le fonctionnement d’une piscine biologique, comparée à la zone de lagunage, elle reste néanmoins votre espace d’agrément visuel et utilitaire, et à ce titre, penser sa conception vaut la peine qu’on s’y attarde un peu.

Dimension de la zone de baignade

Pour permettre une bonne circulation de l’eau, il est préférable d’avoir dans le cas des piscines naturelles, une profondeur assez conséquente comprise entre 1,50 et 2 mètres.
Maintenant, il est tout à fait possible d’envisager d’incorporer des zones moins profondes, adaptées à l’usage des enfants et plus sécuritaires. Ou bien prévoir des marches larges immergées à plusieurs niveaux pour pouvoir profiter de plateformes de repos pour s’asseoir ou s’allonger.
Quant à la superficie de votre zone de baignade, elle dépendra surtout de l’espace que vous pouvez réserver à votre plan d’eau de manière à avoir suffisamment de place pour créer la surface de lagunage, et bien entendu, de votre budget.

Votre bassin de baignade peut s’intégrer dans le lagunage

Votre bassin de baignade peut s’intégrer dans le lagunage

Les formes de la zone de baignade

Toutes les formes sont possibles, tout dépendra si vous voyez votre piscine comme un objet de décoration, un bassin de loisir ou un bassin pour la nage sportive :

  • Un simple bassin en forme de rectangle.
  • Un couloir de nage.
  • Une forme complexe et arrondie.

Toutes les techniques envisageables :

  • Bassin en béton armé.
  • Une simple fosse recouverte d’une bâche PVC sur du feutre.
  • Une ancienne piscine traditionnelle reconvertie.

Là encore, vos contraintes financières seront les seules limites à vos envies et à vos rêves.

Un simple bassin rectangulaire peut faire l’affaire

Un simple bassin rectangulaire peut faire l’affaire

Quel revêtement pour le bassin de baignade ?

Le choix du revêtement de votre bassin de baignade sera motivé une fois encore par vos envies d’esthétisme et vos moyens économiques. Bien entendu, la durée de vie et l’étanchéité du revêtement sont aussi des critères importants.
Les liners :
Ce n’est pas sans raison que les liners sont les plus utilisés par les propriétaires de piscine. Economique, étanches, les liners sont fabriqués sur mesure et peuvent s’adapter à toutes les formes de bassin et s’installer sur toutes sortes de supports, à condition qu’il soit lisse et propre.
Le liner est une sorte de peau du bassin, qu’il soit en béton armé, en bois, une coque en plastique. Il est fixé avec un profil d’accrochage en périphérie et lors de la mise en eau l’installation est appuyée par un aspirateur qui fait le vide entre le liner et la paroi de son support.

Les liners armé :
C’est le même procédé que pour les liners classiques, sauf que celui-ci est soudé dans le bassin à la pose. Cela permet une plus grande étanchéité et surtout de l’adapter à toutes les formes.

Les résines polyester stratifiées :
C’est un revêtement qui exige un bassin dont les parois sont sèches, lisses et hydrofugées (béton par exemple). La résine polyester stratifiée est appliquée en association avec de la fibre de verre. On obtient une structure monocoque très étanche. Une finition de « gel coat » est nécessaire pour protéger le revêtement.

Les enduits :
Les enduits sont composés de ciment blanc, de poussière de marbre et d’adjuvants. Une épaisseur de 16 à 20 mm est nécessaire pour garantir une bonne étanchéité.
Avec ce genre de finition, on peut donner une couleur claire et naturelle à l’eau de piscine. On peut aussi coller dessus de la céramique ou une mosaïque de petits carrés de pâte de verre qui permet une personnalisation unique du bassin.

En conclusion

Ce n’est pas parce que vous avez une piscine naturelle que votre bassin de baignade doit être triste. Toutes les fantaisies sont permises.

Vos commentaires ()