Les contraintes techniques du spa

img-à-la-une-17

Etant donné qu’un spa n’est pas une baignoire qu’on vide après chaque usage, le fonctionnement demande quelques contraintes : contrainte de filtration, contrainte de désinfection de l’eau, contrainte de chauffage. Comme pour une piscine, un spa demande une surveillance et des gestes quotidiens. La différence c’est la température de l’eau. Un spa avoisine les 32 à 40°C, des températures favorables au développement de petites bêtes peu agréables.

La filtration du spa, un élément essentiel

Comme pour la piscine, filtrer l’eau est la garantie de sa qualité, c’est même d’autant plus important, qu’on filtre une eau à plus de 35°C la plupart du temps. Avec un spa, filtrer l’eau en continu n’est pas obligatoire, mais on recommande de procéder à au moins 9 heures de filtration par jour, suivant l’utilisation. Les spas préfabriqués sont équipés d’une filtration automatique qui se déclenche à intervalle régulier même quand le spa n’est pas utilisé.

Il est préférable d’utiliser un filtre à cartouche pour le processus de filtration. Certaines de ces cartouches peuvent se nettoyer. Il suffit de la sortir, de la brosser sous l’eau claire et de la remettre en place.
Il est recommandé aussi de « déconcentrer » l’eau tous les 10 jours. En effet, l’évaporation et le traitement de l’eau font que les produits se concentrent dans l’eau. Vider un tiers de l’ancienne eau, même parfaitement maintenue et filtrée, et la remplacer par une eau nouvelle est un moyen de maintenir votre spa en parfait état de fonctionnement.

La désinfection de l’eau, un mal nécessaire

Comme l’eau du spa est très chaude et d’un volume assez limité, cela favorise le développement des algues et des bactéries. Si on ajoute que le fonctionnement des jets fait perdre beaucoup de CO2, on comprend bien que la désinfection de l’eau est encore plus importante que dans une piscine. Dans un spa il faut surveiller régulièrement le PH, l’alcalinité (bicarbonates) et la dureté (calcaire) de l’eau, mais aussi sa désinfection.

Il existe actuellement deux produits : le chlore et le brome. Dans un spa on préfère le brome car il s’adapte aux fortes températures, et surtout, il est inodore et non irritant. Certes, il est plus cher, mais le volume d’un spa est limité et justifie cet achat. S’immerger dans un bain bouillonnant aux fortes odeurs de chlore est très désagréable !

Si vous voulez un traitement un peu plus « écologique », vous pouvez utiliser le traitement à l’oxygène actif, très efficace et sans effets secondaires sur la peau. Plus cher, mais tout aussi efficace, le traitement à l’ozone dont le fonctionnement est intégré dans le mécanisme de filtration du spa. L’inconvénient, le traitement à l’ozone nécessite une filtration en continue, ce qui n’est pas très économique d’un point de vue consommation électrique. Si vous utilisez le traitement à l’ozone et que vous l’interrompez une partie de la journée, vous devrez le compléter par un traitement de désinfection.

Le chauffage de l’eau, une surveillance de tous les instants

Si la température de l’eau d’un spa est supérieure à celle de bien des piscines, elle n’en n’est pas pour autant à ébullition. La plupart des spas préfabriqués proposent un réchauffeur électrique intégré au groupe de filtration. Ce réchauffeur électrique est raccordé à un thermostat qui permet de maintenir l’eau à la température choisie.

Il est bon tout de même de vérifier de temps à autres la température manuellement, ne serait-ce que pour vérifier que le thermostat n’est pas en panne.
Par ailleurs, n’oubliez jamais de remettre la couverture fournie avec votre spa quand vous ne l’utilisez pas. Cela évitera l’évaporation et un refroidissement trop rapide.

La couverture du spa

La couverture du spa est une contrainte nécessaire

En conclusion

Comme pour la piscine, vous devez faire des efforts pour entretenir votre spa.

Vos commentaires ()