Chlore piscine : caractéristiques et mode d’utilisation

Chlore piscine : caractéristiques et mode d'utilisation

Peu onéreux et efficace, le chlore est le produit de traitement le plus fréquemment utilisé que ce soit par les particuliers ou dans les piscines collectives. Comme tous les produits de traitement de l’eau, il est indispensable de savoir utiliser ce produit dans les bonnes conditions pour qu’il fonctionne avec une efficacité optimale.

Les différents types de chlores

Le chlore lent

Utilisé pour le traitement usuel d’une piscine est le chlore lent, il se présente sous la forme de poudre, de galets, de pastilles, de granulés ou en solution liquide. On recommande une teneur en chlore d’au minimum 80% pour une efficacité optimale. Le chlore peut soit être placé dans le skimmer soit dans un diffuseur de chlore. En revanche, il ne faut jamais le mettre en contact direct avec le liner car il risque de le décolorer.

Le chlore choc

:

On l’utilise de manière ponctuelle, au moment de la mise en service d’une piscine ou pour traiter une eau particulièrement polluée (eau verte, par exemple). Il se présente le plus souvent sous la forme de pastilles, de granulés ou en poudre. On le place dans chacun des skimmers de la piscine.

Le chlore multifonction

Comme son nom l’indique, il cumule les fonctions avec une action désinfectante, algicide, floculante et stabilisante. Ce type de produit « tout en un » présente l’avantage de la simplicité d’utilisation, mais il ne vous permettra pas de doser comme vous le souhaitez les différents produits qui entrent dans sa composition.

Le chlore multifonction est simple d'utilisation

Le chlore multifonction est simple d’utilisation

Bien utiliser le chlore

Le chlore a une efficacité maximale avec un pH compris entre 7,2 et 7,5 et une température de l’eau inférieure à 28°C. Pour une désinfection efficace dans le cadre d’une utilisation familiale, on recommande un taux de chlore compris entre 1 et 1,5 mg/l. En dehors de ces valeurs, le chlore perd considérablement de son efficacité.

En réagissant dans l’eau avec certains éléments polluants, le chlore génère des chloramines. Les baigneurs connaissent bien ce produit qui a la fâcheuse propriété de brûler les yeux, d’irriter la gorge, voir de provoquer vomissements et allergies. Pour limiter la présence de chloramines dans votre bassin, il est important de maintenir un taux de pH compris entre 7,2 et 7,5 mais également de limiter les déchets organiques provenant des baigneurs (urine, sueur, salive…) en les inciter les baigneurs à se doucher avant de pénétrer dans l’eau.

Le problème du stabilisant

Le chlore présente l’inconvénient d’être dégradé par les UV, il doit donc être utilisé conjointement avec un stabilisant (l’acide cyanurique) qui a la propriété de protéger les molécules de chlore. Ce stabilisant est généralement inclus dans le chlore vendu pour le traitement des piscines (on parle alors de chlore stabilisé). Le stabilisant a la particularité de ne pas se dégrader dans l’eau, donc sa concentration ne cesse d’augmenter.

Or, le problème est qu’au-delà d’une certaine concentration, le stabilisant va nuire à l’efficacité du chlore : à partir d’un taux de stabilisant de 75 mg/l le chlore commence à perdre de son efficacité, et au-delà de 150 mg/l l’action du chlore sera totalement inhibée par le stabilisant. Bien souvent l’eau du bassin est renouvelée naturellement sous l’effet de l’évaporation, si bien que l’on n’atteint pas des taux de concentration en stabilisant trop élevé. En revanche, le problème se pose plus fréquemment avec les piscines sous abri, ce qui oblige à renouveler annuellement 30 à 50 % de l’eau du bassin. En tout cas, si vous avez l’impression que votre traitement au chlore est devenu moins efficace, la concentration en stabilisant est un point à vérifier.

Vos commentaires ()