Piscine à débordement : une piscine pas comme les autres

Piscine à débordement : une piscine pas comme les autres

Autrefois synonyme de luxe, la piscine à débordement s’est aujourd’hui démocratisée, notamment avec l’apparition de piscine à débordement en kit ou à coque polyester. Ainsi, le prix moyen d’une piscine à débordement reste plus élevé que celui d’une piscine traditionnelle, mais devient accessible à des budgets moyens. La construction d’une piscine à débordement fait appel à des techniques spécifiques, ce qui explique son coût élevé.

Principe de la piscine à débordement

La piscine à débordement se distingue par ses qualités esthétiques : l’eau de surface s’écoule constamment en passant par-dessus l’un des cotés du bassin qui est dépourvu de margelles. L’eau de débordement est récupérée dans un bac tampon puis elle sera filtrée et renvoyée dans le bassin. La piscine à débordement sera d’autant plus spectaculaire si elle est installée de façon à ce que le coté où l’eau s’écoule se confond avec la ligne d’horizon. Mais il existe également d’autres façons de mettre en valeur ce type de bassin, comme par exemple l’effet cascade : la piscine est semi-enterrée de façon à faire apparaitre la lame d’eau générée par le débordement.

Quand la piscine ne fait plus qu'un avec le paysage

Quand la piscine ne fait plus qu’un avec le paysage

Une lame d'eau du plus bel effet

Une lame d’eau du plus bel effet (réalisation Steel and Style)

Il existe un type particulier de piscine à débordement que l’on appelle piscine miroir : au lieu de s’écouler par un seul coté du bassin, l’eau déborde sur toute la périphérie du bassin. Ainsi la surface de l’eau affleure au niveau des plages et donne l’impression d’un plan d’eau naturel. L’eau déborde dans une fente qui occupe toute la périphérie du bassin et est collecté dans une goulotte puis déversée dans le bac tampon.

La piscine miroir : une qualité esthétique hors du commun

La piscine miroir : une qualité esthétique hors du commun

Contraintes techniques de la piscine à débordement

Le bac tampon

La réalisation d’une piscine à débordement nécessite la construction d’un bac tampon qui recueille l’eau du débordement et permet de maintenir un niveau constant. On considère généralement que le volume d’un bac tampon doit avoir une capacité comprise entre 5 à 10% du volume total du bassin. Selon l’effet visuel souhaité, le bac tampon pourra être apparent ou caché (notamment pour les piscines miroir).

La filtration

De par sa conception une piscine à débordement ne comporte pas de skimmers, ce qui implique une technique de filtration spécifique, appelée filtration inversée. L’eau de surface, au lieu d’être filtrée par les skimmers est directement déversée dans le bac tampon qui dispose d’un préfiltre pour arrêter les plus gros débris. L’eau passe ensuite dans le circuit de filtration puis est réinjectée dans la piscine par le biais des buses de refoulements placées dans le fond du bassin.

La gestion de l’eau

L’un des problèmes que pose la mise en place d’une piscine à débordement est qu’il faut assurer un niveau d’eau constant dans le bassin pour que le débordement s’effectue de façon régulière. C’est pourquoi une telle piscine nécessite deux pompes : une pompe dédiée à la filtration et une deuxième pompe qui assurera la régularité du débordement.

Il est également important de surveiller le niveau d’eau dans le bac tampon pour éviter tout risque de disfonctionnement. Celui doit notamment être équipé d’un clapet anti-retour, car en cas d’arrêt de la pompe l’eau du bassin risquerait de se vider dans le bac tampon. On préconise généralement l’utilisation de sondes pour surveiller le niveau d’eau du bac tampon.

Le mouvement d’eau créé par une piscine à débordement présente l’inconvénient de générer du gaz carbonique, ce qui entraine une augmentation du pH. C’est pourquoi il est conseillé d’utiliser un régulateur automatique de pH avec ce type de piscine.

Vos commentaires ()